L’éclairage public, objet de convoitise des acteurs de la ville

Les Echos - Mardi 12 février 2019

Intervention de Schéhérazade Abboub.

 

Extrait : « Il y a 9,5 millions de points lumineux d’éclairage public en France. C’est le maillage le plus perfectionné de l’Hexagone. Et à ce titre, le lampadaire est un objet de convoitise pour tous les acteurs de la ville. Il est déjà le support de nouveaux services, pas forcément liés à l’éclairage : caméras de vidéosurveillance, bornes wi-fi,  prises de recharge USB, gonfleurs de vélo … Mais le candélabre est encore plus intéressant depuis qu’il est connecté et communicant, comme le prouve la création d’un espace « IoT & smart lighting » au Salon des Lighting Days à Lyon.

La nouvelle génération d’éclairages LED , qui remplacent progressivement les lampes au sodium, se pilote à distance, point par point, ou rue par rue. « On peut abaisser l’intensité à certaines heures de la nuit, ou dans certains quartiers, et rallumer au passage d’un piéton ou d’une voiture », explique Thierry Marsick, du groupe Métropole au sein de l’Association française de l’éclairage.  Cet éclairage « intelligent » est source d’économies substantielles  : « C’est le meilleur retour sur investissement (RoI) dans le domaine de la ‘smart city’ », affirme Schéhérazade Abboub, avocate au cabinet Parme Avocats, spécialisée en droit des données publiques et  « smart city » . »

Le projet OnDijon de Dijon Métropole, finaliste des World Smart City Awards

Extrait du site France 3 Bourgogne-Franche-Comté, article du mardi 6 novembre 2018 : "La cité des ducs de Bourgogne va-t-elle remporter le prix du meilleur projet au monde de ville intelligente ? En tous cas, Dijon est la seule ville française retenue dans la sélection finale."

Schéhérazade ABBOUB

Avocat Of Counsel

Dijon innove en réinventant le service public grâce à la smart city

Schéhérazade ABBOUB et Emilie COQUEL. François REBSAMEN à propos de la démarche OnDijon: « Avec ce projet, nous souhaitons contribuer à l’émergence d’une véritable gouvernance locale de la donnée. Dijon Métropole reste ainsi la seule propriétaire des données produites ou collectées dans le cadre du projet et s’engage à ce qu’aucune donnée personnelle ne puisse être vendue. »